Les financeurs

 


Le fonds social européen

 

euflagg.jpg

 

Le FSE, c’est l’initiateur du programme Equal 2000 – 2008

 

Créé en 1957, le FSE est le principal instrument financier de l’Union européenne qui investit dans le capital humain. Il a pour objectif de réduire les écarts de richesse et de niveaux de vie entre les Etats membres de l’Union européenne et leurs régions, et donc de promouvoir la cohésion économique et sociale. Il finance le projet à hauteur de 50 % des dépenses.

 

 

 

La DASS

 

marianne.gif

 

La DASS Paris et les DDASS 92 et 34, c’est l’observation et la mise en oeuvre des politiques de cohésion sociale

 

La Direction des Affaires Sanitaires et Sociales (DASS) a pour mission l’observation, la mise en oeuvre des politiques d’intégration, d’insertion, de solidarité et de développement social, actions de promotion et de prévention en matière de santé publique, protection sanitaire de l’environnement, contrôle des règles d’hygiène, tutelle et contrôle des établissements sanitaires, médico-sociaux et sociaux. Le projet « Se reconstruire et s’insérer » est en partie co-financé par la Direction des Affaires Sanitaires et Sociales de Paris et par les Directions Départementales des Affaires Sanitaires et Sociales des Hauts-de-Seine et de l’Hérault.

 

 

 

La Mairie de Paris

 

ppart.jpg

 

La Mairie de Paris, c’est avec l’Observatoire de l’égalité femmes/hommes, une ville au quotidien pour les femmes comme pour les hommes

 

La Ville de Paris participe au financement du projet « Se reconstruire et s’insérer » en action 3. Le service partenaire du projet est l’Observatoire de l’égalité femmes/hommes, créé en février 2002 et chargé de la politique d’égalité entre les femmes/hommes pour l’ensemble des Parisiennes et Parisiens pour que chacun et chacune vive mieux sa Ville au quotidien dans tous les domaines : social, emploi, famille, culture, transports, services publics...

 

A cet effet, il œuvre pour corriger les inégalités qui persistent entre les femmes et les hommes par l’accès aux droits des citoyennes, la lutte contre les violences sexistes, le soutien et l’accompagnement de l’activité des femmes et l’égalité professionnelle y compris dans les services de la Ville, la reconnaissance et la valorisation de la place des Parisiennes dans tous les domaines, le partenariat avec les associations féminines et féministes et le soutien de leurs projets, l’éducation à l’égalité des jeunes et l’encouragement des hommes à vivre pleinement leur rôle de père.

 

 

 

 

 

 

 

Les partenaires nationaux

 

Le projet «Se reconstruire et s’insérer» est conduit dans le cadre du programme Equal par l’Amicale du nid - Paris, Association d’accompagnement et de réinsertion des personnes prostituées ou à risque par rapport à des conduites prostitutionnelles, tête de liste du projet et l’Amicale du nid – Montpellier, ALTAIR, Association pour l’hébergement, la prévention, la réinsertion Sociale et professionnelle et IFAR, Association Intervention, Formation, Action, Recherche. Leur but est d’associer leurs compétences pour accompagner des personnes, souvent victimes du trafic des êtres humains dans un but d’exploitation sexuelle, vers l’insertion sociale et professionnelle.

 

 

L’Amicale du nid

 

amicaledunid.jpg

 

L’Amicale du nid soutient les personnes en situation prostitutionnelle, ayant connu ou en danger de prostitution

 

Fondée en 1946, cette association loi 1901 accompagne et aide les prostitués femmes et hommes. Plus précisément, sa mission est de proposer des ouvertures alternatives aux personnes ayant une conduite prostitutionnelle, dans le respect de leur choix. L’association ne porte pas de jugement sur les personnes et considère la prostitution comme une réalité humainement inacceptable. Elle refuse la banalisation que constituerait son assimilation à une profession. Elle développe la prévention, le contact, l’accueil et l’accompagnement des personnes en situation ou en danger de prostitution.

 

L’amicale du nid est composé d’un conseil d’administration, d’un siège et de huit directions territoriales.

 

Les principes :

  • elle propose des ouvertures alternatives aux personnes ayant une conduite prostitutionnelle, dans le respect de leur choix.

  • Elle s’élève contre toute loi et règlement contribuant à l’exclusion et à la marginalisation des personnes prostituées.

  • Elle refuse la banalisation que constituerait son assimilation à une profession.

 

 

Les mises en oeuvre :

  • Elle développe la prévention, le contact, l’accueil et l’accompagnement auprès des personnes en situation, ayant connu ou en danger de prostitution. Son action est mise en oeuvre par des professionnels.

  • Elle gère des structures d’accueil, d’hébergement et d’insertion professionnelle en région parisienne, à Lyon, Marseille, Grenoble et Montpellier.

  • Elle prend en compte le développement et la diversité des phénomènes prostitutionnels : réseaux internationaux d’esclavage sexuel, développement de la prostitution masculine, situations de danger de prostitution dans les quartiers défavorisés et les populations en situation de précarités… pour la lutte contre la traite des êtres humains dont la prostitution et la traite.

 

 

Les missions :

  • Rencontrer les personnes : travail de rue, actions sur les axes routiers ; actions santé ; bus d’accueil mobile ; travail en milieu carcéral

  • Héberger : accueil en urgence ; nuitées en hôtel ; CHRS ; appartements partagés, autonomes, en bail glissant

  • Accueillir – accompagner – assurer un suivi : service d’accueil et d’orientation ; services en milieu ouvert ; pôle d’accueil, d’insertion et de prévention ; centre d’hébergement et réinsertion sociale, service de suite ; accompagnement social lié au logement (FSL) ; suivi en résidence sociale

  • Former les personnes : ateliers de créativité ; espace emploi, bilans professionnels ; centres d’apprentissage à la vie active (CAVA), centres de formation

  • Former, informer les partenaires : interventions auprès des professionnels ; formation sur le phénomène prostitutionnel ; participation à des formations et recherches

 

 

 

L’Amicale du nid à Paris :

  • Le milieu ouvert (MO)

- accueil de jour, information, évaluation, orientation

- réponses aux besoins vitaux

- ouverture ou restauration des droits

- accompagnement socio-éducatif sur le moyen et long terme

- groupes de parole autour des questions liées à la parentalité

- interventions en milieu carcéral

- travail en partenariat avec les dispositifs de droit commun et les autres services spécialisés

 

  • Le service d’accueil et d’orientation (SAO)

- accueil

- hébergement d’urgence et de stabilisation

- ouverture des droits

- information, orientation

 

  • Intermède (bus mobile)

- intervention de prévention et de soutien, sur les lieux de prostitution, la nuit auprès de personnes en situation de prostitution et/ou victimes de trafic à des fins d’exploitation sexuelle (travail de terrain)

- suivi et accompagnement individuel au sein du service

 

 

L’Amicale du nid à Montpellier :

Un service de Milieu ouvert ouvre à Montpellier en 2000, service appelé La Babotte. Des actions de formation sont proposées à différents partenaires qui touchent un nombre important de personnes dont les jeunes en milieu scolaire (actions de sensibilisation, de prévention et de formation).

 

Les objectifs :

  • Faire connaître le service et faciliter sa sollicitation par les personnes

  • Etablir un contact

  • Maintenir un lien

  • Réduire les risques (prévention tertiaire)

  • Favoriser l’accès à la santé

  • Créer des conditions favorables autour des personnes afin qu’elles sortent de la prostitution quand elles le décident

 

 

Les moyens :

  • travail de rue (la nuit dans les rues de Montpellier)

  • travail de route (sur les routes de département)

  • informations (diffusion de plaquettes présentant le service)

  • prévention tertiaire : distribution de matériel de prévention

  • collation : boissons fraîches et gâteaux permettant à la personne de faire une pause, discuter avec les travailleurs sociaux, tisser du lien social…

  • travail de commission et de partenariat

 

 

Les actions :

  • accueil des personnes en situation, en risque ou ayant connu la prostitution

  • accompagnement social individuel et global

  • accompagnement psychologique par des rencontres et un suivi régulier individuel pour des personnes en grande détresse

  • action logement pour des personnes en situation de prostitution ou en risque prostitutionnel

  • accès à l’emploi : agir sur les difficultés d’accès pour un public en insertion, accompagnement à la recherche d’emploi

  • accès au droit et à la justice : vise l’ouverture ou la réouverture aux droits sociaux et l’accompagnement judiciaire

  • accès à la santé : permet une démarche régulière de soins et une meilleure prise en considération de leur état de santé

  • action de prévention primaire et secondaire auprès des jeunes

  • commission santé : espace de professionnels des champs médical, éducatif et social pour un accès facilité aux soins

  • réseau échange des savoirs : vise à élargir le champ des échanges au-delà des discriminations liées aux appartenances ethniques, générationnelles et sociales. Réappropriation de compétences individuelles et collectives

L’Amicale du nid Montpellier a proposé un partenariat à l’association Raih pour réaliser les activités du projet « Se reconstruire et s’insérer ».

 

 

 

Visualiser un extrait du film D’un monde à un autre :

Les partenaires mov L’Amicale du Nid : entretien et pratique professionnelle

 

 

 

 

 

ALTAÏR

 

altar.jpg

 

Altaïr oeuvre dans les domaines de la prostitution, des pathologies lourdes et des difficultés liées à l’identité sexuée.

 

 

Altaïr est une association à but non lucratif créée en 1984, régie par la loi de 1901.Elle développe son action d’aide auprès d’adultes, hommes et femmes, dans trois domaines qui sont la prostitution, les pathologies lourdes et les difficultés liées à l’identité sexuée. Elle gère un dispositif d’accueil composé d’un Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale, d’un Service d’Ecoute et d’Accompagnement, d’Appartement de Coordination Thérapeutique et d’un service d’aide au Relogement pour le public de plusieurs associations dans les Hauts de Seine.

 

Les principes :

L’association se prononce contre toute forme d’exploitation de l’homme par l’homme, en particulier de l’exploitation sexuelle à des fins spéculatives et mercantiles. Elle s’inscrit dans la problématique de la recherche d’une définition sexuée dans un contexte social et culturel, où cette identité peut ou non s’épanouir et s’oppose à toute réglementation qui enfermerait l’être humain dans un statut standard de la sexualité.

 

L’association réalise une approche sociale et éducative dans le sens d’un accompagnement organisateur de lien social dans le respect des droits et des devoirs de citoyens. Elle agit pour s’en donner les moyens et pour affirmer son projet auprès de ses partenaires.

 

 

L’objectif :

Article 2 des statuts : « cette association a pour objectif la mise en oeuvre de dispositifs d’aide à l’insertion sociale de personnes majeures en difficulté d’adaptation, notamment en danger de prostitution, se livrant ou s’étant livré à la prostitution. Ce dernier domaine constitue un champ privilégié de son action. L’association crée et anime à cet effet, en collaboration avec les pouvoirs publics, et les partenaires concernés, des services d’intervention et de prise en charge. »

 

 

 

Les actions :

  • le service d’Ecoute et d’Accompagnement (SEA) : situé à Paris, à proximité du lieu de vie des personnes qu’il reçoit, ce service accueille toute personne majeure en difficulté du fait de la prostitution, que cette difficulté soit liée à une prostitution potentielle, effective ou passée et qui sont en demande d’accompagnement social en vue d’une insertion professionnelle. L’action porte sur l’accès aux droits communs comme la santé, la formation, l’insertion par l’économique, le relogement, etc. Une unité d’hébergement permet aux personnes qui ne pouvaient rompre avec la prostitution d’intégrer un hébergement d’une durée d’un mois renouvlable deux fois et ce, dans un délai rapide après la décision de l’équipe.

 

  • le Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS) : il accueille les personnes prostituées qui font une demande directement ou par l’intermédiaire d’un autre service. Il les héberge, les accompagne vers une meilleure insertion sociale et professionnelle. Il assure aussi un certain nombre de suivis de personnes non hébergées.

 

  • le service Appartements de Coordination Thérapeutique VESTA : Il accueille des personnes atteintes de pathologies lourdes et invalidantes, notamment le SIDA, en période de stabilisation de leur maladie mais pouvant être sujet à de brèves rechutes ou complications et ayant des difficultés d’insertion sociale et professionnelle. Des temps de regroupement, pour les accueillir, dans des lieux de convivialité et dans des espaces organisés par l’association, sont prévus de manière formelle ou informelle.

 

  • le service relogement 92 : il a pour mission d’optimiser l’accès au logement des ménages hébergés dans les établissements CHRS, ACT, AT (appartements thérapeutiques) du département des Hauts-de-Seine.

 

 

Les missions :

  • Prévenir les situations prostitutionnelles et leurs conséquences

  • Accueillir les jeunes majeurs et les personnes majeures dont la situation prostitutionnelle conduit à interroger Altaïr.

  • Accompagner les personnes accueillies dans leur projet de vie sur un plan éducatif, psychologique, médical, social et administratif.

  • Remettre aux personnes accueillies un document présentant les droits et les devoirs de chacun dans l’institution et dans la société.

  • Participer au développement local et national au plan des structures d’accueil et d’insertion sociale et professionnelle.

  • Enrichir la réflexion, au niveau local et national, par des productions écrites, des colloques, des lieux d’étude et de recherche dans le domaine de la prostitution.

 

Visualiser un extrait du film D’un monde à un autre :

mov L’association Altaïr et l’accompagnement social : témoignage (partie 1)

mov L’association Altaïr et l’accompagnement social : témoignage (partie 2)

mov L’association Altaïr et l’accompagnement social : témoignage (partie 3)

 

 

 

 

 

IFAR

 

ifar.jpg

 

L’Ifar est un organisme d’études, de recherches, de conseils et de formations

 

Association régie par la loi 1901, depuis de nombreuses années, elle met en oeuvre des actions de formation, des interventions et des actions recherches qui sont conçues sur une dynamique de l’intelligence individuelle et collective et la socialisation mutuelle des savoirs qui doivent contribuer à la production de nouvelles pratiques.

 

 

Compétente dans le diagnostic, l’aide à la conception de projets, l’action recherche, la formation, et l’intervention – exigeante dans l’implication de tous les acteurs concernés par les changements institutionnels -, l’association s’appuie sur un système de principes éthiques, théoriques et méthodologiques :

 

  • L’action recherche comme méthodologie reliée à un questionnement sur le sens et les valeurs

  • Une conception négociée et démocratique des changements institutionnels débouchant sur l’exigence d’implication de tous les acteurs

  • Une posture de questionnements refusant de se restreindre uniquement à une discipline, à une science sociale ou à un paradigme théorique qui l’amène à une approche pluridisciplinaire des situations.

  • Une sensibilité particulière aux victimes de l’exclusion qui l’incite à insister sur la parole des premiers concernés.

 

Ces principes favorisent les apports de chacun, fournissent des supports théoriques complémentaires et permettent d’élaborer des outils pour analyser les situations et améliorer les pratiques professionnelles. L’association intervient sous forme de stages, de séminaires et, notamment, de groupes action-recherche. Cette dernière forme d’intervention qui concerne plus directement le projet « Se reconstruire et s’insérer » permet de comprendre les problèmes complexes, d’aménager des réponses impliquant tous les acteurs, d’opérer une articulation entre les savoirs et les pratiques et de mettre en œuvre des dispositifs d’action produisant des savoirs.

 

 

 

 

RAIH

 

Le Réseau Accueil Insertion Hérault agit pour soutenir et aider les mineurs étrangers isolés en situation d’errance

 

Association loi 1901, créée en 2001 à Montpellier, sa mission est d’agir en réseau pour « concourir à la protection et à la prise en charge des mineurs étrangers, présents sur le territoire français, sans référent familial civilement responsable et ainsi exposés à des dangers graves ». Ses actions s’articulent autour de la rencontre, de l’accueil et de la prévention :

  • Accueil primaire

  • Evaluation médico-sociale : bilan de santé, contact avec les parents, la famille élargie, les autres référents

  • Projets individuels : alphabétisation, re-scolarisation adaptée, formation professionnelle

  • Hébergement : chambres d’hôtels, réseau de familles adaptées à ce public

 

 

 

 

 

 

 

 

Les partenaires transnationaux

 

 

Quatre projets Equal européens ont conclu un accord de coopération transnationale : deux PDD français « Se reconstruire et s’insérer » et « Longue marche », tête de liste l’association ASLC, un PDD italien « Emergendo », tête de liste la Province de Pise, et un PDD slovaque « OIM », tête de liste Organisation internationale pour les Migrations, bureau de Bratislava. Chaque membre des partenariats transnationaux a eu la charge de l’animation et du pilotage d’une activité dont les résultats sont publiés en français, en italien et en anglais.

 

 

 

ASLC (France)

 

L’Association d’Assistance Linguistique et Culturelle contribue à l’intégration des populations d’origine chinoise en Ile de France

 

L’Association d’Assistance Linguistique et Culturelle créée en 1996, mène depuis neuf ans de nombreuses actions contribuant à l’intégration des populations d’origine chinoise en Ile de France : l’alphabétisation des primo arrivants, l’assistance administrative aux demandeurs d’asile, le soutient scolaire d’élèves sinophones, l’édition d’un trimestriel en langue chinoise « le Gong » et la création d’une crèche franco-chinoise. A travers ces actions de terrain, l’ASLC étudie depuis Paris et dans une perspective plus européenne, l’histoire, le parcours migratoire et le développement des familles chinoises, afin de jouer le rôle d’un observatoire des évolutions de ces communautés.

 

 

Le projet Longue Marche

 

longuemarchelogosmall.jpg

 

Longue Marche s’intéresse aux processus migratoires des femmes asiatiques

 

Longue Marche a étudié les parcours migratoires des femmes asiatiques et tenté de voir si cette migration relevait de la traite des êtres humains. Longue Marche, c’est aussi un projet qui a cherché à élaborer des outils pratiques d’accueil et d’accompagnement des migrantes asiatiques.

 

Les services d’accueil :

  • La structure accueille les personnes d’origine chinoise, mais également d’Asie du Sud, si nécessaire dans leur propre langue. L’association leur apporte un soutien en terme de démarches sociales, juridiques et culturelles. Un médiateur peut accompagner ces personnes dans les administrations concernées. Pour faciliter les démarches administratives, ASLC offre un service de domiciliation, souvent indispensable pour ces personnes qui peuvent être appelées à changer très souvent d’adresse.

  • Elle travaille en partenariat avec l’AFAPE, l’Association franco-asiatique pour l’enfance, qui offre aux parents chinois des services à la petite enfance sous la forme d’une crèche franco-chinoise. Cette activité a aussi comme but de permettre ou de renforcer l’accès à la culture française.

  • Elle est aussi partenaire du Comité contre l’esclavage moderne, le CCEM, qui offre une assistance juridique, sociale et administrative aux victimes de l’esclavage domestique, de l’accueil jusqu’à l’issue de la procédure légale et, grâce à la mise en place du réseau Ac-Sé, les oriente vers des structures spécialisées pour répondre à leurs premiers besoins (hébergement, santé, assistance psychologique, accès aux droits, cours de français langue étrangère et quand cela est possible aide à l’accès à une activité/emploi).

  • Un autre de ses partenaires est l’association « Retravailler », association spécialisée dans l’insertion professionnelle, qui peut accueillir tout type de public pour les accompagner vers l’emploi. Retravailler accueille, dans le cadre du projet Longue Marche, le public de femmes migrantes asiatiques en recherche d’emploi ou de formation et collabore avec le CCEM dans l’accompagnement professionnel des victimes du trafic des êtres humains.

 

 

Les services d’insertion sociale :

Les victimes de l’esclavage domestique, accueillies pendant la durée de la procédure légale, et les femmes d’origine chinoise, qui viennent à l’association, ont accès à différents services facilitant l’insertion sociale :

  • informations, conseils dans les domaines administratifs et légaux, prévention, accompagnement aux soins médicaux…

  • accès à des cours de français pour étrangers, sa connaissance et sa pratique étant des facteurs d’insertion

  • en fonction des besoins, de la connaissance de la langue et des codes socio-culturels et de la complexité des dossiers, un médiateur culturel et/ou familial peut intervenir

  • recours aux services d’un psychologue, d’un psychothérapeute ou d’un psychiatre, d’un médiateur familial ou culturel, d’un formateur, d’un conseiller en orientation, d’un conseiller juridique et/ou d’un avocat (services transversaux pour l’insertion sociale).

 

 

Les services d’insertion professionnelle :

  • médiation vers l’emploi proposée aux personnes exclues du monde du travail et aux victimes du trafic des êtres humains quand elles sont prêtes pour cette phase d’insertion professionnelle.

  • conduite d’un travail par un conseiller réalisé en individuel et/ou en groupe, à la fois psychologique et professionnel, pour favoriser le choix d’un métier et les accompagner dans leur recherche d’emploi en facilitant les contacts entre salarié potentiel et entreprises offreuses d’emplois

  • mise en oeuvre de démarches, de méthodes et d’outils adaptés à l’élaboration d’un projet professionnel réaliste et réalisable et correspondant, autant que possible, aux souhaits des personnes.

 

 

 

 

OIM (Slovaquie)

 

logosiom.gif

 

L’Organisation Internationale pour les Migrations aide les réfugiés et les migrants dans leur insertion et leur intégration

 

L’Organisation Internationale pour les Migrations a été créée en 1951. C’est une organisation intergouvernementale qui vise à aider les personnes déplacées à se réinstaller dans leur pays (réfugiés et migrants). L’organisation qui compte actuellement 109 états membres et 24 états « observateurs » conduit une grande variété d’activités dans toutes les régions du monde. O. I. M. en Slovaquie, créée en 1995, s’est investie principalement dans les activités suivantes : assistance au retour pour des demandeurs d’asile volontaires et des migrants en situation irrégulière, actions dans le champ de la prévention et de l’assistance aux victimes, coopération technique avec les institutions gouvernementales sur différents aspects liés aux migrants, conduite de projets pour faciliter l’intégration des migrants.

 

 

Le projet OIM

 

slovakia.gif

 

Le projet OIM prend en charge les personnes migrantes et réfugiées pour l’insertion sociale et professionnelle

 

Les services d’accueil :

  • ligne téléphonique ouverte 24 h sur 24

  • travail de rue : information, prévention, assistance aux soins médicaux, aide à un hébergement d’urgence

  • service d’accueil global : prise en charge des personnes ayant besoin d’une assistance juridique, sociale et/ou psychologique.

  • prévention

 

 

Les services d’insertion sociale :

  • insertion de premier niveau : répond aux besoins de base et aux besoins urgents pour l’accès aux soins médicaux (y compris psychologiques) et à l’hébergement

  • insertion de second niveau : propose des services dans les domaines du conseil et de l’assistance psychologique, social et juridique.

  • accès aux services d’un psychologue, d’un psychothérapeute ou d’un psychiatre, d’un conseiller juridique et/ou d’un avocat, d’un formateur et d’un conseiller en orientation (services transversaux pour l’insertion sociale).

 

 

Les services d’insertion professionnelle :

  • centre de conseils sur l’emploi, la reconversion professionnelle et l’orientation vers des structures de formation

  • centre de formation professionnelle : dispense des actions de formation de base et assure l’accompagnement à la recherche d’emploi.

 

 

 

 

La Province de Pise (Italie)

 

logoprovincedepise.gif

 

La Province de Pise a pour but de développer sa région en préservant les valeurs sociales et humaines et de promouvoir l’égalité des chances

 

Instance gouvernementale qui assure les intérêts de ses habitants et de son développement, son principal but est de promouvoir les conditions indispensables permettant de mettre en adéquation le développement et les valeurs sociales et humaines. Le développement stratégique de la Province a toujours pris en compte les buts et les stratégies de l’Europe. Depuis 1988, un bureau politique a été créé qui coordonne et promeut les possibilités de collaboration avec les partenaires européens, diffuse des informations au sujet des institutions européennes et favorise le respect de l’environnement culturel, urbain et écologique. La Province de Pise s’investit aussi dans la promotion de l’égalité des chances afin de revaloriser l’image de la femme dans le contexte social et culturel.

 

 

Le projet Emergendo

 

Emergendo, c’est une aide aux personnes prostituées et aux victimes de violence

 

Les services de base :

  • les unités mobiles : rencontrer les personnes prostituées et/ou victimes de violence dans la rue ou en lieux clos

  • le numéro vert : informer et conseiller sur le plan social, médical et juridique. Il permet d’orienter les usagers vers des services adaptés.

  • le centre d’accueil et le centre d’écoute : assurer les actions permettant la mise en oeuvre des programmes de protection sociale. Ils assurent le premier accueil, l’écoute, l’assistance et l’orientation

 

 

Les services d’insertion sociale :

  • hébergement et assistance locale : offre, tout d’abord, un hébergement aux usagers dans des structures de premier et deuxième niveau, puis de troisième niveau.

  • accompagnement et assistance juridique

  • élaboration du projet de formation et d’insertion professionnelle

  • accompagnement pour la connaissance et l’utilisation des services locaux

  • accueil, définition d’un projet individuel et accompagnement à la conduite de la vie quotidienne

  • accès à un psychologue, à un médiateur familial ou culturel, à un éducateur « pair », à un formateur, à un conseiller en orientation ou juridique (services transversaux pour l’insertion sociale)

 

 

Les services d’insertion professionnelle et socio-culturelle :

  • orientation : aide la personne à définir et mettre en oeuvre un projet d’insertion professionnelle

  • formation professionnelle, formation en alternance et intégration à l’emploi : la formation doit correspondre aux besoins de la personne et à ceux de l’entreprise

  • accompagnement et intégration professionnelle : accompagnement des personnes qui ont les connaissances et les compétences requises à l’accès direct à l’emploi pour faciliter leur insertion professionnelle